Tīare, tīare mā’ohi ou encore tīare tahiti - Tahiti Tourisme
 
Suivez nous sur
Culture

Tīare, tīare mā’ohi ou encore tīare tahiti

Dans le temps mythiques, le Grand Créateur de l’univers ma’ohi, TUMU-NUI, lus connu sous le nom de TA’AROA-NUI, nomma la FLEUR, « PŪA », c’est-à-dire « ce qui est fécond, ce qui crée, qui engendre, diffuse, propage, etc. »

Puis, après avoir créé et façonné TĀNE, la grande divinité des espaces célestes, celui-ci demanda à son Créateur, quelles seraient les plantes et arbres, aux fleurs odorantes, qui pousseraient sur la terre en l’honneur d’ĀTEA, la grande divinité du Monde des Humains.

A cela, TA’AROA-NUI lui répondit que trois plantes aux fleurs merveilleusement parfumées pousseraient sur terre pour la plus grande gloire d’ĀTEA : le Pua (Fragraea berteroana), le Tīare, que nous appelons communément aujourd’hui la « Tīare Tahiti ou Tīare mā’ohi ».

Mais pourquoi donc TUMU-NUI a-t-il choisi de nommer ce petit arbuste à fleurs « Tīare » ? Serait-ce pour la beauté et la pureté éclatante de ses fleurs ? Est-ce pour le parfum envoutant de ces dernières ?

En voici la raison : lorsqu’elle s’épanouit, la « Tīare Tahiti ou Tīare mā’ohi », exhale dans les airs un parfum des plus exquis ; il s’élève de sa corolle de pétales veloutées de suaves senteurs qui embaument jusqu’aux cieux divins de TĀNE…

Et quelle autre notion plus appropriée pour le dire sinon, « TĪ-ARE » ! Celle-ci est en effet composée du terme « TĪ » qui signifie « se dresser, s’élever » et de « ARE » qui veut dire « parfum, fragrance »…

Une élévation de Fragrance… Tout un progamme, me direz-vous…

Alors, damoiselles et damoiseaux, dès les premières lueurs de l’aube et jusqu’aux derniers rayons crépusculaires, parez-vous de ces blanches fragrances immaculées, qui embaument le Monde d’ĀTEA et exhausseront votre âme jusqu’au plus haut des Cieux divins de TĀNE…