Immersion culturelle - Tahiti Tourisme
 
Suivez nous sur
Séjours à thèmes

Immersion culturelle

Les Iles du Mana sont riches en opportunités pour ceux qui ont soif de culture, quelle soit passée (vestiges archéologiques (marae), traces historiques, musées,…) ou vivante (vie locale, artisanat, festivals de danse ou de sports traditionnels…). Quelques idées pour ceux qui souhaitent s’imprégner de cette richesse polynésienne.

 

VIVEZ ET MANGEZ LOCAL

Loger en pension de famille ou chez l’habitant sont de formidables opportunités de partager la vie et le rythme local, en s’immergeant totalement dans le quotidien d’une famille polynésienne. Rien ne vaut non plus une expérience culinaire aux roulottes, pour déguster la « street food » locale, copieuse et bon marché. Profitez de l’ambiance locale et familiale au coucher du soleil en choisissant un des nombreuses  roulottes de la place Vaiete de Papeete, ou sur les bords de route un peu partout dans les îles. Faites vous inviter, un dimanche à un ahi ma’a. Le ahi ma’a désigne le Four Tahitien, « Ahi » représente le feu et « ma’a » la nourriture. Il est réservé à la préparation des repas de fête et est surtout à l’honneur le dimanche. Le ma'a Tahiti (repas polynésien typique) est composé de Ei’a (poisson du large) et du pua oviri (cochon sauvage). Il comporte également des fruits et des légumes locaux comme, le uru (fruit de l’arbre à pain), le taro appelé aux Antilles le chou de chine, le fe’i (bananes oranges que l’on mange cuites), le fafa (feuille du taro ébouillantée) qu’on met dans une marmite et enfin le poe (dessert traditionnel) qu’on emballe par petit paquet dans des feuilles de bananiers.

 

IMPREGNEZ VOUS DE LA FAUNE ET LA FLORE POLYNESIENNE

La flore polynésienne est d’une richesse inouïe. Jardins et sentiers botaniques offrent l’opportunité de la découvrir tout en se promenant et en se relaxant. Sur les dernières années, de nombreuses initiatives publiques ou privées d’aménagement d’espaces plantés ont vu le jour, présentant la diversité de notre flore. Dans de nombreuses îles, des guides de randonnées pédestres se sont également spécialisés dans la découverte de la flore polynésienne, partageant ainsi leur passion avec enthousiasme.

Concernant la faune et la flore sous-marine, des sentiers sous-marins à visée éducative et écologique offrent l’opportunité de la découvrir en plongée libre.

Vous pouvez également participer à des programmes de protection de la faune ou de la flore : Tortues, dauphins, baleines, requins et raies sont protégés. Des prestataires et associations œuvrent en faveur de leur protection et vous permettent de les rencontrer.

  • Te Mana o te Moana : cette association œuvre à la protection du monde marin en général à travers des actions éducatives de sensibilisation. Elle est financée en partie par le Moorea Dolphin Center de Moorea.
  • Cliniques des tortues de l’hôtel InterContinental Moorea Resort and Spa (gérée par Te Mana o te Moana) et du Méridien Bora Bora
  • Observatoire des requins : un réseau de passionnés des requins qui permet aux plongeurs de mettre en ligne leurs observations pour mieux les protéger.
  • Raies manta : L'association Manta Polynesia Research & Protect (MPRP) a été créée en 2004 pour promouvoir la création de zones préservées et protéger la colonie de raies manta résidant dans le lagon de Bora Bora.

  

VISITEZ LE MUSEE DE TAHITI ET SES ILES

Une immersion dans l’histoire, la géologie, le peuplement des îles, avec des expositions permanentes et temporaires (rétrospectives, art contemporain, photographie…), au milieu d’un site privilégié, à la Pointe de pêcheurs de Punaauia.

 

COUREZ LES FESTIVALS

Le Heiva : l’incontournable

Le Heiva est une manifestation annuelle traditionnelle qui a lieu au mois de juin -juillet dans plusieurs îles de Polynésie française (Tahiti et Bora Bora pour les plus populaires). À la suite de la christianisation des archipels par la Société missionnaire de Londres au début du XIXe siècle, deux interdits contre les « chansons, jeux ou divertissements lascifs » furent édictés par le roi Pomaré II en 1819 et la reine Pomaré en 1842. Après cette période d’interdiction,  la célébration à partir de 1880 de la Fête nationale française a permis le retour de festivités traditionnelles et leur maintien, sous le nom de fêtes du Tiurai, qui est renommé Heiva en 1985. Au cours du Heiva, sont organisés des concours artistiques (chants et danses) et sportifs (notamment le lancer de javelot, le soulever de pierre et la course de pirogue). Le Heiva Rima’i est lui dédié à l’artisanat des 5 archipels.

Le Hura Tapairu : la danse traditionnelle à son apogée

Ce concours de danse, lancé en 2004 et qui se déroule traditionnellement en fin d’année (novembre-décembre) sur l’île de Tahiti n’a cessé de prendre de l’ampleur et accueille depuis plusieurs éditions des groupes étrangers. Il fait participer des groupes plus restreints que les troupes qui participent au Heiva, et permet une très grande liberté dans les chorégraphies, les costumes, la création, le thème, les chants, etc. L’ambition de ce concours est l’excellence. Les tapairu étaient en effet les jeunes filles constituant la suite de la reine. Elles étaient choisies pour leur excellence dans tous les domaines, notamment au niveau de l’expression artistique.

Le Festival des Arts des îles Marquises

Depuis 1987, tous les quatre ans, un grand festival des Arts rassemble des délégations des six îles de l’archipel, mais également d’autres îles de Polynésie française et du Pacifique. Trois jours de danses, expositions artisanales, jeux traditionnels dans des sites à couper le souffle. 

Le Festival des arts paumotu

Tous les 3-4 ans, la petite île  de Anaa, chargée d’histoire rassemble des délégations de quatre coins des Tuamotu pour une semaine de festivités. Un événement encore peu connu qui gagne cependant à l’être...

Le FIFO

Le Festival International du Film documentaire Océanien (FIFO), crée en 2003 par Wallès Kotra, alors directeur de la station RFO Polynésie se renouvelle chaque année (fin janvier, début février) pour le bonheur du public polynésien, océanien, et même international. Le FIFO propose sur 7 jours des projections de documentaires ainsi que des conférences, des ateliers de formation gratuits pour le public et les professionnels, des rencontres numériques, des projections-rencontres avec les réalisateurs et producteurs, et une soirée de gala au cours de laquelle un jury international décerne un grand prix et trois prix spéciaux tandis que les votes du public déterminent un Prix du Public. Exclusivement réservé aux documentaires de tous genres dont le sujet est l’Océanie, le FIFO a pour ambition de donner la possibilité aux Océaniens de maîtriser le regard qui est porté sur eux, et de se faire connaître dans ce qu’ils ont de plus unique, de plus fort, de plus beau.

Le Polynesia Tatau  - Tattoo Convention

Cet événement international annuel et culturel qui se tient généralement en mars-avril, est le festival officiel du tatouage de Tahiti et Ses Iles. Il a pour but de promouvoir, protéger et valoriser l’art du tatouage polynésien, en réunissant les artistes tatoueurs professionnels locaux et internationaux.

 

PASSIONNEZ–VOUS POUR L’ARTISANAT LOCAL

Tout au long de l’année, des expositions et salons (Salon Made in Fenua, Salon des Marquises, des Australes, des Tuamotu), permettent aux artisans d’exposer et de vendre leurs productions en bois, pierre, os, perles, fibres végétales, nacre, etc.

Le Centre des Métiers d’Art, situé à Papeete (Quartier Mamao) ouvre également régulièrement ses portes au public pour faire découvrir les jeunes talents du Fenua. Chaque année, le centre rassemble lors des Pûtahi (en juillet/août généralement), des artistes venus du Pacifique.

Si c’est la perliculture qui vous passionne, rendez-vous au Musée de la Perle (Paofai, Papeete) pour en savoir plus.

Et si vous voulez en savoir plus sur le Monoi, empruntez La route du Monoï, un itinéraire de 20 haltes tout autour de Tahiti pour découvrir les secrets de la fabrication de ce produit typiquement polynésien. Informations sur  www.monoiaddict.com

 

DECOUVREZ LES ARTISTES POLYNESIENS

Les galeries de Tahiti exposent les grands noms de l’art contemporain, en peinture, sculpture, photographie et installations diverses : Gotz, Detloff, Deloffre, Bousquet, Mencarelli... Des expositions collectives d’art contemporain sont également régulièrement organisées au Musée de Tahiti et ses îles. Dans les autres îles, certaines étant de véritables repaires d’artistes comme Moorea, Huahine mais également les Marquises, de nombreux peintres et sculpteurs vous feront visiter sans rechigner leur atelier. Demandez aux habitants de vous guider jusqu’à eux.

Ono’u : Tahiti Festival Graffiti

Depuis 2014, Tahiti devient un important rendez-vous international pour l’art contemporain urbain dans la région du Pacifique. Premier événement graffiti d’envergure internationale à Tahiti, le festival international d’art graffiti ONO’U est créé et porté par une jeune entreprise polynésienne, Tahiti Nouvelle Génération, spécialisée dans la création et la production d’événements artistiques et culturels internationaux. Le nom du festival, « ONO’U », est inspiré de la fusion des deux mots tahitiens « ONO » (action de joindre une chose à une autre) et « U » (couleurs) pour exprimer l’action de joindre une couleur à une autre et donc, par extension, « la rencontre des couleurs » à Tahiti à travers l’art du graffiti.

 

PARTEZ SUR LES TRACES DU PASSE

RAIATEA, le berceau

Raiatea est considérée comme le berceau du peuplement polynésien, comme en témoignent ses importants complexes archéologiques de marae dont le marae international de Taputapuatea.

TAHITI, de la royauté à l’histoire moderne

Marae, monuments, stèles : le passé est partout sur l’île de Tahiti. Les marae, pour certains restaurés avec soin, se retrouvent essentiellement dans les vallées. On en recense plusieurs dizaines, pour la plupart situés dans des zones peu accessibles. La vallée de la Maroto abrite un vaste complexe archéologique, témoignant d’un peuplement du cœur de Tahiti avant l’arrivée des missionnaires.

L’arrivée des missionnaires, la royauté polynésienne, l’histoire des trois derniers siècles a laissé de nombreux monuments et sites à explorer :

  • Le marae ‘Ārahurahu
  • La Pointe Vénus et son phare
  • Le tombeau du roi Pōmare V à ‘Ārue
  • Le bain de la Reine (jardins de l’Assemblée de Polynésie française)
  • La Cathédrale de Papeete

BORA BORA et ses GI’s

Les passionnés d’histoire de la seconde guerre mondiale retrouveront des traces (bunkers, canons) de la présence des Américains (de 1942 à 1946) sur cette base avancée des troupes américaines dans le Pacifique, après leur entrée en guerre contre le Japon (bataille de Pearl Harbour). Un petit musée de la Marine peut également être visité.

MARQUISES : Une croisière à la découverte de la culture de la Terre des hommes

Le cargo mixte Aranui V propose des croisières de 15 jours dans l’ensemble des îles à la rencontre des artisans, danseurs, musiciens. Des visites guidées sur les sites archéologiques et des conférences de spécialistes (archéologues, historiens, ethnologues…) font de cette croisière un séjour culturel incontournable.

LES GAMBIERS, sur les traces des missionnaires

Le lointain archipel des Gambier (1 650 km de Tahiti) est encore peu fréquenté touristiquement. Mangareva, l’île principale, riche de ses vestiges historiques, témoins d’une présence missionnaire catholique qui remonte au milieu du 19ème siècle, reste le fief de la culture de la perle de Tahiti.

TUBUAI, l’île des mutinés de la Bounty

Un mois après la mutinerie à bord du navire anglais La Bounty, le 28 avril 1789, les mutins s'arrêtent à Tubuai sur le chemin de retour vers Tahiti et y sont accueillis de manière peu hospitalière. La baie où la Bounty a mouillé, face à la passe, au nord-ouest de l'île, gardera le nom de Baie sanglante. Les mutins y resteront cependant quelques mois, sur les motu notamment.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies pour une meilleure expérience de navigation. En savoir plus. 

close